Archive pour février 2016

Nomophobie

La nomophobie, c’est le nouveau mot, qui est en ce moment d’actualité.
Que veut-il dire ? :  no comme non, mo comme mobile, phobie comme peur ou crainte.
Lorsque l’on concatène ces trois mots cela veut dire : La peur de ne plus avoir de téléphone, parce qu’il est en panne, plus de batterie, ou alors plus de réseau à sa portée.
Cela illustre bien cet espèce de TOC du début du 21ème siècle.

L’écologie cela peut commencer tout de suite

L’écologie en regardant bien, c’est une attention de tous les instants.

Voici deux flacons de savon pour la douche, dit 3 en 1. L’un est plein et l’autre est vide.

20160207_134942  20160207_135031

Pourquoi jeter le flacon vide, alors que l’on pourrait le remplir avec une simple recharge ?

Calculez l’économie que l’on pourrait faire… et surtout le bien pour l’écologie.

 

 

 

Le frelon asiatique !…

Une information tout public concernant le frelon asiatique et les moyens d’en diminuer la prolifération à diffuser sur votre site, cela est-il possible ?

Si des personnes ont des informations sûres, il peuvent nous les faire connaître, nous ferons le nécessaire pour les diffuser.

Des personnes s’intéressent à ce problème et nous ont communiqué des liens qui vous permettront d’agrandir vos connaissances :

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/433589/tab/fiche​

ou

http://frelonasiatique.mnhn.fr/​

Merci à ces personnes de nous avoir communiqué ces adresses.

 

 

Sacrés académiciens…

Quand les académiciens tribulent, ils trouvent  que les mots vieillissent ou sont trop durs à transcrire dans la langue de Molière. Ils ont alors décidé de changer plus de 2.000 mots comme pour s’amuser. C’est ainsi que l’on apprend que nénuphar s’écrira désormais nénufar, oignon devient ognon. Le mois août sera aout, le coût sera cout et ainsi de suite pour les 2.000 mots.

Après tout, on pourrait dire pourquoi pas. On se simplifie la vie et c’est mieux.

Attention, à ce régime là, les mots n’auront plus étymologie ni de sens.

Nous arrivons à dire que l’on a plus besoin du latin ou du grec, et que ces langues mortes n’ont plus aucun intérêt. Ce qui compte maintenant c’est le smartphone, avec le texto.

A ce rythme, notre belle langue s’appauvrit à grande vitesse. Pauvre Molière.

On peut signaler que le langage des primates est de 37 mots et qu’ils vivent très bien comme cela.

L’embêtant avec les académiciens, c’est qu’ils sont immortels.

 

 

18 requêtes. 0,234 secondes.